06 95 84 56 40 lestir.didier@gmail.com

Le Népal paralysé s’enlise dans une situation complexe ! Après les séismes, la mousson .. Après la mousson, le blocage des routes et la carence de pétrole, de gaz, de médicaments, de nourriture !

Les tremblements de terre n’auront pas été une épreuve assez difficile à traverser, le Népal doit maintenant et depuis 3 mois faire face à une pénurie de pétrole et de gaz. La frontière indo népalaise est bloquée depuis 3 mois. Les habitants du Térai (région du sud du Népal mitoyenne de l’Inde) ainsi que les indiens n’acceptent pas la nouvelle constitution. Ils bloquent la frontière de part et d’autres et empêchent donc une grande partie des importations. Le prix du pétrole a été multiplié par 10 et faut-il encore en trouver.

Les transports sont paralysés, les magasins se vident et il est impossible de cuisiner sans gaz. Il est difficile de s’approvisionner en bois puisque tout le monde essaye d’en acheter pour pouvoir cuisiner. Nos amis de l’école de Manasarovar de Bodnat à Katmandou doivent cuisiner pour 450 enfants (voir photos). Ils ont installé une cuisine en extérieur pour y faire le feu de bois vendu à des prix prohibitifs qu’ils peinent à trouver ! ils ont besoin de 600 kg de bois par semaine. Ils ont aussi dû faire un abri pour protéger cette cuisine de la pluie. L

es prix de la nourriture augmentent de jours en jours et le marché noir est omni présent. Beaucoup de personnes vivent avec de menus revenus quotidiens en vendant du pain, du thé ou des momos dans la rue et ne peuvent donc plus subvenir à leur besoins de base. Les manufactures de tapis et les industries ont fermé après les tremblements de terre d’avril 2015.

La plupart des restaurants sont aussi fermés. il n’y a plus de tourisme comme c’était l’habitude avant ! Il n’y a pas de médicaments dans les hôpitaux ni d’oxygènes dans les service d’urgences. Des gens meurent à cause du manque de médicaments et de matériel. Les enfants sont très heureux et excités de faire du feu de bois, c’est peut être la seule bonne nouvelle … ils vivent cela comme une nouvelle expérience dont ils avaient uniquement entendu parler dans leurs livres.

Les Népalais déjà pauvres, sont maintenant des mendiants. Il fait de plus en plus froid au Népal et Il est bien entendu difficile de parler de reconstruction aujourd’hui puisqu’il est impossible de se procurer des matériaux. Les priorités vont à la survie quotidienne. Les organisations humanitaires internationales ne peuvent pas atteindre tous les lieux où elles veulent agir.